Tout s’est bien passé

Récit d’Emannuèle Bernheim au titre extraordinairement judicieux.

C’est ainsi qu’au service de soins palliatifs où j’étais bénévole, on me répondait quand je demandais comment s’était terminé le parcours d’un patient. Cependant, il n’est pas question de mort naturelle dans ce récit d’Emannuèle Bernheim, qui réussit admirablement à rendre avec le recul nécessaire, sans pathos ni misérabilisme, un moment crucial et cruel de sa vie après avoir décidé d’aider son père à en finir avec «ça», cette vie dont il ne veut plus parce qu’il est très âgé, que la maladie s’acharne sur lui, qu’il n’aime pas ce qu’il est devenu. L’émotion, retenue, mais réelle, est rendue par un style haletant, précipité qui rend bien compte de l’état d’esprit de la narratrice et fait avancer l’histoire, non sans contre-temps, vers son  dénouement. Un récit qui oblige à réfléchir sur ce que signifie mourir dans la dignité.

Nicole Balvay-Haillot
12 juin 2013

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s