Peste & Choléra

De Patrick Deville

Alexandre Yersin est connu surtout pour avoir découvert le bacille de la peste à Hong Kong en 1894. Il est aussi connu pour avoir fabriqué le premier vaccin efficace pour contrer ce fléau et guérir les malades. Mais l’auteur n’en fait le récit que comme un épisode du roman qui raconte sa vie.

Venu de Suisse, il va se former auprès du maître Louis Pasteur et faire partie de son équipe. Et très vite il va voyager, s’engager comme médecin de marine, et fréquenter les divers pays du sud-est asiatique. Dans l’un d’eux il va découvrir dans un petit village côtier, Nha Trang, son paradis sur terre.

Un paradis encore sauvage, qu’il va habiter, développer, coloniser. Cet homme fait preuve d’un magnifique éclectisme: s’il ne connaît pas comment défricher la jungle, il trouvera les ressources des autochtones et de la science agronomique naissante pour le faire. La maison et les entreprises qu’il établira pour produire les vaccins, les médicaments, et pour poursuivre ses recherches, il en a tracé les plans. Le savant se fait planteur et acclimate la culture de l’hévéa et de l’arbre à quinquina. Ce commerce finance les Instituts Pasteur dans le monde entier. Sa bibliothèque regorge des revues scientifiques et alimente ses idées d’amélioration de son paradis.

Le livre raconte beaucoup d’autres aventures, explorations, combat avec des bandits, et aussi sa correspondance avec sa mère, Fanny, mais surtout donne une idée de ce que nous pourrions faire d’un paradis sur terre si nous le voulions.

Joseph Aussedat
19 septembre 2015

Viva

de Patrick Deville

Viva Mexico, viva Zapata, viva Trotsky, viva la révolution, a-t’on envie de s’écrier à la lecture de ce roman qui fait revivre les dernières années du révolutionnaire au Mexique, sa rencontre et ses amours avec Frida Kahlo.

Ce roman à trois voies raconte en parallèles la vie de Malcom Lowry et celle de B. Traven et leur passage au Mexique.

Il sera question d’Ultramarine et d’Under the Volcano, qui ont rendu célèbre Malcom Lowry. The Volcano : le Popocatépetl qui domine la grande cuvette de Mexico.
Et aussi The Treasure of the Sierra Madre, l’œuvre-phare de B. Traven qui a inspiré le film aux trois oscars de John Huston, introduit un personnage aux identités multiples qui pourrait être un boxeur anarchiste, un auteur prolifique qui aurait vécu l’échec des conseils révolutionnaires de Munich.

Le séjour de Trotsky à Coyoacán – là où il y a des coyotes – dans la maison bleue de Frida Kahlo, sera le cadre qui accueillera le tribunal Dewey en réponse aux procès de Moscou, mais aussi celui de la fondation de la IVème Internationale, comme œuvre ultime de Trotsky.

Ce récit foisonnant de personnages les fait revivre, à travers leurs passions, leurs trahisons, leurs crimes et leur grandeur.

Joseph Aussedat
le 6 septembre 2015